Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Muriel FISCHBACH et Valérie LEROUGE Diététiciennes

La vitamine D (ou calciférol) est une vitamine liposoluble, c'est-à-dire, soluble dans les graisses. Elle est unique car elle peut être apportée

  • par l’alimentation (vitamine D2 ou ergocalciférol d’origine végétale) mais aussi
  • synthétisée par l’action du soleil sur la peau nue (la vitamine D3 ou cholécalciférol ). Elle est également présente dans les aliments d’origine animale comme les huiles de poissons.

Or, aujourd’hui, une étude menée sur 1587 adultes a montré que 80% de la population présente un déficit dont 4.8% un déficit sévère.

Il est souhaitable d’avoir un taux compris entre 30 et 60 ng/ml (75 à 100 nmol/l)

Petit rappel d’histoire…

C’est le médecin Armand Trousseau qui en 1865 recommande dans son manuel de médecine clinique la consommation d’huile de foie de morue car elle possède un facteur antirachitique. Il fait également partie des premiers à observer que l’exposition au soleil protégeait les enfants du rachitisme.

Ses rôles :

Son rôle est primordial dans le métabolisme phosphocalcique :

Elle facilite l’absorption intestinale du calcium et du phosphore

Elle aide à la fixation du calcium sur les os (croissance, renouvellement)

Sa carence peut entraîner chez l’adulte une déminéralisation, l’apparition d’une ostéoporose après 50 ans et un rachitisme chez l’enfant et l’adolescent.

Rôle extra-osseux

De nombreux tissus comportent des récepteurs à vitamine D, qui, une fois convertie en calcitriol , contrôle l’expression de plusieurs centaines de gènes. Cette action serait responsable de :

1/Chutes par faiblesse musculaire

2/Cancers

Il existe une association possible entre les concentrations basses de vitamine D et la survenue de certains cancers (colorectal, prostate, pancréas, poumons…).

3/Risques cardiovasculaires

Des études suggèrent également une association entre la vitamine D et le risque cardiovasculaire qui serait liée à l’effet de la vitamine D sur la pression artérielle

4/Système immunitaire

Elle pourrait atténuer, voire prévenir, l’apparition de maladies telles que la sclérose en plaques, le lupus systémique le diabète de type 1 et la polyarthrite rhumatoïde. (MALADIES AUTO IMMUNES)

Les besoins en vitamine D :

Ils sont difficiles à évaluer car variables en fonction du degré d’exposition au soleil et au degré de pigmentation de la peau. Une supplémentation est souvent nécessaire chez le petit enfant jusqu’à ses 2 ou 3 ans.

Les réserves de vitamine D ne sont habituellement pas suffisantes pour durer tout l’hiver et le soleil n’est pas assez puissant en hiver pour permettre la synthèse de quantités satisfaisantes de vitamine D3.

Apports Quotidiens Conseillés

chez l’adulte de moins de 50 ans, les enfants : 200 UI

Chez la femme enceinte, allaitante, les personnes âgées, le petit enfant de

moins de 3 ans : 400 UI

Une CARENCE de plus en plus en plus fréquente :

En France, selon l’étude nationale Nutrition Santé 2006-2007, le risque de déficit atteignait un tiers de la population française adulte âgée de 18 à 74 ans et plus de la moitié de la population avait alors un statut vitaminique jugé normal.

Quelques années plus tard, selon une étude en 2012, avec des seuils de définition de l’insuffisance en vitamine D différents de 2006/2007 on observait que :

- 80% des hommes et des femmes avaient une concentration sérique inférieure au seuil optimal.

- un homme sur trois et une femme sur deux présentaient un déficit modéré

- et 5% un déficit sévère

Dans quels cas faut –il envisager un dépistage ?

- Risque d’ostéoporose car traitement la favorisant ; ostéoporose

- Opération de l’obésité

- personnes âgées avec chutes répétées

- insuffisant rénal

(Source : dossier HAS 2012)

Sources de Vitamine D :

L’essentiel de la vitamine D est synthétisée par la peau sous l’effet de l’exposition au soleil. Pensez à vous exposer un minimum de 15 à 30 minutes par jour, en évitant les heures les plus chaudes ; cela permet de satisfaire 50 à 90% des besoins en vitamine D.

Le reste est apporté par l’alimentation :

Huile de foie de morue 3400 UI/100g

Hareng cru 900 UI

Saumon 500 UI

Sardines en boîte 300 UI

Thon en boîte 230 UI

Œuf 40 UI

Beurre 30 UI

Foie de bœuf 19 UI

Lait 4-8 UI

10 g = 1 cuillère à soupe La teneur en vitamine D

d’ISIO 4 permet de couvrir 50% des AJR

Commenter cet article