Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Muriel FISCHBACH et Valérie LEROUGE Diététiciennes

ATTENTION A NOTRE CONSOMMATION DE POISSON! Quelles sont les nouvelles recommandations?

Si le poisson faisait partie des aliments à privilégier dans notre alimentation il y a encore quelques années, ce n’est malheureusement plus le cas et de nouvelles recommandations ont vu le jour en été 2013.

Les principaux responsables : l’utilisation de farines animales, l’usage massif d’antibiotiques et de pesticides, mais aussi une pollution au methylmercure et au PCB dans les eaux douces.

  • Le mercure est un métal présent naturellement à l’état de traces dans l’environnement. Présent à de faibles concentrations dans l’eau sous forme méthylée, appelée méthylmercure, il peut se concentrer très fortement dans les organismes aquatiques, sa teneur tendant à s’élever au fil de la chaine alimentaire, lorsque le petit poisson est mangé par un plus gros…
  • Quels risques liés au méthylmercure ? A haute dose, le methylmercure est toxique pour le système nerveux central de l’homme, en particulier au cours de son développement in utéro et lors de la petite enfance. Cette substance peut provoquer des troubles du comportement légers ou des retards de développement.

Cette substance toxique se trouve principalement dans les poissons c’est pourquoi l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’environnement et du travail préconise de limiter sa consommation.

  • Les PCB sont des substances chimiques persistantes dans l’environnement qui auront des effets sur le développement mental et moteur chez le jeune enfant exposé pendant la grossesse ou l’allaitement. Les espèces les plus touchées sont les anguilles, les poissons gras mais aussi le barbeau, la brème, la carpe.

RECOMMANDATIONS :

=> Limiter notre consommation de poisson à 2 fois par semaine

=> Dont maximum un poisson gras par semaine (thon, saumon, maquereau, sardine, hareng, anguille, anchois)

=> Les poissons les plus contaminés sont : les lamproies, les requins, l’espadon mais aussi les poissons d’eau fortement bio accumulateur comme les anguilles, barbeau, brème et carpe qui doivent être évités chez les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes ainsi que chez le petit enfant de moins de 3 ans (ou maximum une fois tous les deux mois) et deux fois par mois pour le reste de la population.

  • Invitez le poisson sur votre table de façon limitée, en préférant les petits poissons gras (anchois, sardine, maquereau) plutôt que les gros (thon, saumon). Variez les espèces et les lieux d’approvisionnement.
  • Si vous consommez du poisson cru, il est impératif de le congeler à – 20 °C au moins pendant 7 jours pour détruire les larves parasitaires : cela concerne le saumon mais aussi le lieu, le merlu, la daurade, le hareng, le maquerau, le cabillaud.
  • Les saumons d’élevage BIO reconnaissables par leur label AB sont élevés dans des cages en mer et sont exclusivement nourris d’aliments bio : farines, huiles de poisson, ingrédients végétaux ; sans médicaments et sans colorants. C’est pour cette raison que les filets sont d’une couleur nettement moins vive.
  • Et optez de préférence pour des poissons sauvages et non d’élevage !

Commenter cet article