Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Muriel FISCHBACH et Valérie LEROUGE Diététiciennes

Nous en avons entendu parler dès fin décembre 2016 et voilà, les médecins peuvent désormais prescrire une activité physique.

Mais alors… A qui ? et dans quelles conditions ?

Cette activité est avant tout prescrite aux 10 millions de français souffrant d’une affection de longue durée. Cela regroupe une trentaine de pathologies comme le diabète de type 1 et 2, la maladie de Parkinson, accident vasculaire cérébral invalidant, sclérose en plaque, Alzheimer, dépression, certains cancers…

Rappelons que le manque d’activité physique selon l’OMS, est la cause principale de 21 à 25% des cancers du sein ou du colon, de 27% des cas de diabète et d’environ 30% des cas de cardiopathie ischémique.

Certains sports ont démontré leurs bienfaits sur différentes pathologies :

  • Boxe, escrime ou aviron ont été repérés comme étant d’une efficacité notable dans le traitement des suites opératoires des cancers du sein
  • Le Rugby à V convient aux séniors atteints d’Alzheimer
  • Le cyclisme semble très favorable à diabète

Problème : si tous les acteurs se félicitent de la reconnaissance de cette thérapeutique dont l’efficacité n’est plus à prouver, aucune activité ne sera prise en charge par l’Assurance Maladie.

Certaines mutuelles comme la MAIF proposent des contrats pouvant rembourser jusqu’à 500 euros /personne sous certaines conditions.

En pratique, le médecin devra remplir un formulaire spécifique, et pas une ordonnance, en ayant pris soin d’évaluer l’état de santé des patients. Puis il les orientera vers les acteurs identifiés par le décret : éducateurs sportifs diplômé dans le domaine de l’activité physique adaptée ou une certification de qualification, kinésithérapeutes, psychomotriciens ou ergothérapeutes.

Une évaluation qui se voudra simplifiée mais dans un temps de consultation déjà très chargé.

Ensuite, l’intervenant sportif, avec l’accord des patients, devra transmettre périodiquement un compte-rendu sur le déroulement de l’activité physique adaptée au médecin prescripteur.

Une mise en application qui reste bien compliquée et sans financement malheureusement.

 

 

Commenter cet article